http://kelvy-in-paris.vefblog.net/

  VEF Blog

Kelvy-in-Paris, Poésia

posté le 02/04/14

Le plafond du Roi

Le plafond du Roi se couvre de fresques. Celui du poète se revêt d'étoiles.

The ceiling of the King is covered with frescoes. The one of the poet is coated with stars.

 

 

Kelvy Tennessee, 31 mars 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 02/04/14

La promesse

La promesse est la plus douce forme du mensonge.

The promise is the mildest way of lying.

 

 

 

Kelvy Tennessee, 31 mars 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 02/04/14

Ne rien dire

Ne rien dire en dit souvent très long. Trop en dire ne veut souvent rien dire. 

 

Saying nothing often says more. Too much often means nothing. 

 

 

Kelvy Tennessee, 31 mars 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 02/04/14

Nourrir les Hommes

Il faut nourrir les Hommes par les racines du vice pour les mieux asservir.

It is necessary to feed people by the roots of vice to enslave them better.

 

Kelvy Tennessee, 31 mars 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 02/04/14

La liberté

La liberté, c’est la richesse intérieure. La richesse extérieure, c’est la prison. 

Freedom, it is the inner wealth. The outer wealth, it is the prison.

 

 

 

Kelvy Tennessee, 31 mars 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 02/04/14

La théorie

La théorie n'est qu'un squelette dessiné par l'expérience.

Theory is only a skeleton drawn by experience.

 

 

 

Kelvy Tennessee, 31 mars 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 02/04/14

Le foutre

Le foutre est un liquide d'avenir. L'alcool aussi.


The cum is a liquid for future. Alcohol as well.

 

 

 

Kelvy Tennessee, 31 mars 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 21/03/14

Etreinte Poétique

Etreinte poétique

 

Les charmes divins, les charmes charmeurs

Exploitent nos cœurs comme les affameurs

L’érubescence délicieuse, parfois narquoise

Ne dérobe pas ton regard, reste grivoise

 

Revêts-toi de désinvolture et de passions

Un iota d’amour pour que nous amassions

Le goût de l’interdit au bord de nos lèvres

Trahit nos envies et tous deux nous enfièvre

 

Le temps se dilate avec tant de tension

Tu es de nature réservée pleine d’abstentions

Pour ne pas froisser la doxa et ses conventions

Mais lorsque la puissance s’empare de nos corps

Quand on s’envoie en l’air dénudés dans le décor

Le silence s’éclate et enfin tu me mords…

 

  Kelvy Tennessee, 21 mars 2014 

 


Commentaires

 

chezlunedesreves  le 17-06-2014 à 11:56:28  #   (site)

Bonjour
Un petit coucou de passage pour te dire que ton blog est très beau !
Très belles pensée et très belles poésie.

Comme tu aimes l'écriture, je t'invite sur mon forum où plusieurs rubriques y sont !
Voici mon lien:
http://merveillespoetiques.forumperso.com/

Je serais heureuse de vous y accueillir !
Jane

 
 
posté le 20/02/14

Alors, la raison déraisonne quand notre coeur résonne

Alors, la raison déraisonne quand notre coeur résonne

 

 

J'adore les histoires d'amour
Celles qui s'embrassent tour à tour
Et qui se fanent et font souffrir
Et qui s'éteignent sans grand sourire

Prends le temps de les regarder
L'amour fait fleurir quelques plaies
Quand les chagrins-perles sont aux visages
Quand les âmes soeurs deviennent mirages

Mais on s’énamoure facile le sein costumé

Il faut dire qu'un baiser ou une caresse parfumée
Nous ensorcelle par magie sans vraiment semer

Aucune peur de voir nos pétales d'amour parsemés
Alors, la raison déraisonne quand notre coeur résonne
C'est ça l'amour, c'est quand notre intérieur frisonne



                                     Kelvy Tennessee, 19 février 2014

 


Commentaires

 

livadia  le 20-02-2014 à 06:19:04  #   (site)

Bonjour,
J'aime beaucoup votre poème. Merci pour ces jolies phrases sur l'amour.
Amitiés
Jean

 
 
posté le 06/02/14

La Nature chante mieux que les Hommes

La Nature chante mieux que les Hommes



J'écoutais les ballades des oiseaux, et la pluie s'est invitée, mêlant ainsi à cette mélodie quelques clapotis jolis. Cette averse très fine recouvrait d'abord mes pensées d'un voile brumeux et léger, c'était une ondée d'images désarçonnée, mais d'une simplicité libre et si sensible que mes émotions se lévitèrent pour lover les anges des ciels.

 

Un autre chant plein de minuties embauma cette peinture de son : l'écume commençait à pousser aux pieds d'arbres, faisant respirer la mousse verdâtre comme les bulles de crapaud se gonflant et se dégonflant, tels des trombones dans une symphonie de cuivres.

 

Enfin! le chef d'orchestre arriva! Le tonnerre fit craquer la grisaille nuageuse, suivant d'une voix rauque et solide, les paillettes des éclairs qui perçaient les cieux à chaque instant. Le déluge éclata! Les gouttes devinrent diluviennes et tombaient dans les flaques d'eau à peine dessinées pour former des notes de xylophone. J'étais aux premières loges, les percussions rythmiques de la nature s'harmonisaient avec une mesure extraordinaire : les oiseaux redoublaient d'énergie avec les hululements de hiboux au refrain ; des hurlements de loups aux échos de cathédrale faisaient vibrer l'air ; le ruissellement de l'orage offrait une petite cacophonie qui chuchotait de part et d'autre ; le vent chamaillait les branches dans un carnaval de maracas ; et mes pensées balbutiaient des paroles qui s'évaporaient dans les méandres imaginaires.

 

Puis tout se figea, en quelques secondes la rivière alla cappella avec sa chanson torrentielle, elle m'inondait et inonda tout. Sa puissance vocale m'enchanta tellement lors de ce concert improvisé, que je sais depuis ce spectacle, que la Nature chante mieux que les Hommes...


Kelvy Tennessee, 6 fev. 2014

 


Commentaires

 
 
 
posté le 03/02/14

Opium de mon coeur

Opium de mon coeur

La fleur est jolie quand elle est dans tes cheveux
Pourvu que son ultime pétale dessine mes voeux
Aurore, jette un oeil à mon regard, car il te déshabille
La prunelle de tes yeux m'irradie et je vrille

Je deviens fou, à souhait tu me drogues
Toi l'opium de mon coeur en vogue
Et mes pupilles chantent un poème :
''Après l'amour la haine, saches que je te t'aime''

Les yeux ne disent pas tout mais bien plus que les mots
Ils parlent souvent de fantaisies, de délires anormaux
Nos yeux peuvent sourire comme des lèvres en coeur
Mais aussi s'effondrer dans des cascades de pleurs
Aurore, tu es l'héroïne qui diffuse en moi la sève des coquelicots
Tu es vénéneuse, et ton poison je l'ai dans ta peau

 

                                                    Kelvy Tennessee, 3.2.14 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 14/01/14

Aphrodite

Aphrodite

 


Pureté pure, jolie de toute nature
Incroyable fantaisie de murmures
Qui tattoo l'émoi à l'orée de l'oreille
Et frissonne au pays des merveilles

Derrière ta beauté, il a un ange enchanteur
Qui t'auréole diaphane en apesanteur
Et souffle sur toi les étoiles qui te décorent
Tu scintilles si fort que nos yeux tu picores

Mais ton coeur est comme un cactus charmant
Qui loge son amour dans les coeurs palpitants
Pour ensuite les gorger de larmes piquantes

Avec ses épines passionnées ébriquantes


Ô désenchantement enchanté persisté
Imbibé de chamade et désirs non désistés
Silhouette empoisonnée je te veux toujours exister

Même si je sais que je serai bel et bien attristé

 

 

Kelvy Tennessee, 13 janvier 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 09/01/14

Je me meurs d'amour

Je me meurs d'amour



Chaque fois que je la croise, je suis figé d'amour
Son parfum est une toise aux reflets de velours
Je suis fou d'amour, je suis fou d'amour

Mon coeur tous les matins est gorgé de soleil
Ma passion ne fait que je vis que pour elle
Ses cheveux de miel, ses cheveux de miel

Mais dès que je la vois ça ne veut rien dire
Je reste coi et je veux tout maudire
Putain je délire, putain je délire

Alors elle s'éloigne de mon amour si sourd
Au chagrin si lourd sur ses reflets de velours
Je me meurs d'amour, je me meurs d'amour

Et un beau matin aux rayons lumineux
J'avais tellement envie de devenir heureux
Qu'on soit amoureux, qu'on soit amoureux

Mais ce jour-là quand je l'ai croisée
Elle n'était plus seule mais accompagnée
Je meurs à mourir, je meurs à mourir

Désormais je la vois main dans la main
Je sais que mon amour restera en vain
Sans début ni fin, sans début ni fin

Parfois dans mes rêves j'entends sa voix
Nous voyageons et empruntons la même voie
Je retrouve la foi, je retrouve la foi

Et quand je sens que je me réveille
J'essaye de rester caché dans mon sommeil
Pour être avec elle, pour être avec elle

Les jours maintenant ne sont plus lumineux
Je sais que je dois vivre en étant malheureux
Sans plus aucun voeu, sans plus aucun voeu

Mais je suis amoureux, je suis amoureux...

 

 

Kelvy Tennesse, 9 janvier 14 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 06/01/14

Caprice d'Éole

Caprice d'Éole

Tiède bise bien plus qu'amicale
Tant de grâce dans cette rafale
La demoiselle a les genoux en X
Et les talons en V alors je la fixe

Elle dérobe l'avant mais je suis derrière
Le vent fripon est un ami et un pervers
Quand il s'engouffre, caresse et distrait
L'échancrure jolie de cette petite raie

Ceci ne dure que le soupçon du coup de vent
Trop court pour lui faire du rentre-dedans
Notre ami Éole est le plus grand des coquins
Sur cette passante son souffle est si malin
Elle est délicieuse alors il la taquine
Nue sous sa robe elle est si coquine

 

Kelvy Tennessee, 6 janvier 2014 

 


Commentaires

 
 
 
posté le 05/01/14

Two Hours In Love

Two Hours In Love

Tes baisers de tigresse aux saveurs
Délicieuses me laissent coi et rêveur
Comme tout ce qui passe vite est si faste
Ton goût encore sur mes lèvres me dévaste

Ta peau claire, tes cheveux roux, ton corps
Suave beauté de muse avec laquelle tu décores
Une idée d'amour au tréfonds de mon coeur
Un émoi fou fleuri et piqué de rais-de-coeur

Quelques heures avec ton regard, tes parfums
M'intoxiquent de passion tel un effluve d'embruns
Et mes battements résonnent et déraisonnent
Pour la douceur de ton souffle qui polissonne
Mon âme afin de la rendre folle de toi exquise Elise

Mes pensées lovées en toi pour toi s'élisent...


Kelvy Tennessee, 5 janvier 2014

 


Commentaires

 
 
 
posté le 26/11/13

You are never in love

You are never in love


Passions, fantasmes, fracas

Chaos enamouré de dramas

De kyrielle de désirs balbutiants

Quelques paroles d'amour délirant


Mais tu n'aimes jamais plus que tout

Le serpent au venin nous rend fous

Il entoure les cœurs au jardin d'Éden

Envenime l'amour, le travestit en peine


Alors chassé de la tendresse des autres

Dans le sexe sans lendemains tu te vautres

Tu ne reconnais plus aucun parfum

Tant tu en as fait d'orgasmiques festins

Et tu divagues dans l'angélique idylle

Rêvant que pour celle, un jour ton âme brille



Kelvy Tennessee, 26 novembre 2013


 


Commentaires

 
 
 
posté le 16/11/13

Torticolis et Nez Cassé

Torticolis et Nez Cassé

Sur le pavé de mon fort taquin quartier
Non loin de la chic boutique du type Cartier
À pinces j'allais aux vêpres me rancarder
Omettant que j'aillais être un chouia retardé

Car le temps coquin se figea, s'arrêta
Le jeu des dimensions fit fi de mon état
Un premier flash de sa beauté visage
Puis sur son arrière-train, un arrêt image

Une sublime déesse, tu sais une de ces créatures !
Qui noue ta nuque et visse ton regard, quelle torture !
Sur son callipyge postérieur qui hélas pas à pas
S'éloignait à vitesse excessive, délicieux appâts
Sans moi pour lui conter un poème avec mon nez cassé
Qui tachetait le mur que j'eus juste embrass
é

 

Kelvy Tennesse, 16 nov 2013 

 


Commentaires

 

Tipoussin  le 17-11-2013 à 05:00:08  #   (site)

Un seul mot, magnifique ton blog. Très bon dimanche. Sylvie

 
 
posté le 14/11/13

Vagabond de tout comptoir

Vagabond de tout comptoir


Vagabond de tout comptoir
Tu voyages et t'enivres d'histoires
Qu'on conte d'auberge en auberge
Où de matin en matin tu émerges


Et que tu quittes à dos de cheval
Les contrées par milliers se dévalent
Devant tes yeux et ta barbe hirsute
Qui boucle comme des fils de jute


Ce soir tu bivouaques sous le ciel
Dans ta besace tu n'as que pain et miel
Mais tu es libres comme un vagabond
Respirant cet air loin d'être moribond


Au crépuscule du matin brumeux
Tu d'abreuves à même la rosée heureux
De boire la magie qui pousse sur l'herbe
Avant de t'enfuir encore vers le verbe


D'une nouvelle auberge qui te narrera
Théâtralement des aubades par éclats
Avant de payer ton couvert et ton lit de paille
Au son de ta guitare le sou des racailles


Remplit ta bourse de troubadour
Et chaque matin tu pars le coeur si lourd
Perdu au plus profond de ta liberté
Ta liberté profonde perdure en paix...



Kelvy Tennessee, 14 nov 2013

 


Commentaires

 
 
 
posté le 13/11/13

Coton-piquant

Coton-piquant


Pathétique-cristal
Sombre-piédestal
Sentiment-diaphane
Résonne-déraisonne

Coton-piquant

Amour-sanglotant
Éclabousse-coeur
Grief-chantepleure


Ambiance-grisâtre
Jesus-d'albâtre
Liturgique-curé
Rides
-défigurées

Brûle-pacotille
Sèches-ramilles

Carcan-linceul
Bonjour-Aïeul

 

Kelvy Tennessee, 13 Nov 2013 


 


Commentaires

 
 
 
posté le 12/11/13

Parfois, on préfère pleurer...

Parfois, on préfère pleurer...


Solitude esprit happé
Ici parsème les lapées
Bruit de cascades lacrymales
Qui chantent le cri du mal

Les iotas sourires s'enterrent
J'aime à souffrir à me taire
Pleure Candide de Voltaire
Ton nègre n'est pas sectaire

Sous les vagues de chagrins
La houle cache les pérégrins
Qui sous leurs gestes flagorneurs
Cachent quelques souffles de bonheur
Même si parfois on préfère pleurer
Et sentir chaque goutte nous effleurer
 
Kelvy Tennessee, 12 nov 2013 
 


Commentaires

 
 
 
posté le 07/11/13

Automne Médusé

Automne Médusé


La rousse couleur tutoie mes sens

Doux effeuillage d'érubescence

Les caresses taguées de dorures

Tombent entre les halos forures


Ô ce ballet dansant dénude les arbres

Dans une bise qui ne reste de marbre

Le tapis des feuilles croustillantes

Chante sous chaque pas d'atlante


Dans ce champ de bourgeons brunâtres

Les nervures des sèves verdâtres

Assaisonnent les métamorphoses

L'art rougeâtre beauté d'overdose

Et la nuit s'invite pour déployer

Sa parure de rayons insensée

 

Kelvy Tennessee, 7 nov 2013 



 


Commentaires

 
 
 
posté le 30/10/13

L'émoi tendre attise les larmes de cendre

L'émoi tendre attise les larmes de cendre


Je suis aveugle bien que mes pupilles

Soient grandes ouvertes, mais elles ne pillent

Pas mon coeur malgré la chaleur que ton aura

Dégage en effluves tu ne m'auras


Tu peux pleurer un ouragan de tristesse

Invoquer les chimères, les prêtresses

Je ne connais que trop bien déjà la fin

Pour faire que mon coeur soit au parfum


L'émoi tendre attise les larmes de cendre

Quand la tempête de l'amour vient te descendre

Quand les âmes sœurs s'éventrent du cyclone

Quand tu perds ta drogue, l'odeur de ton clone

Tu prends le temps pour caresser tes brûlures

Et chaque matin ton coeur est un peu plus dur


Kelvy Tennessee, 30 October 2013

 


Commentaires

 
 
 
posté le 10/10/13

Exquise est-ce kiss

Exquise est-ce kiss 

 

 

Exquises esquisses
Que ta bouche dessine
Sur
mon col ta résine
Où tes baisers ne naquissent


J'ai envie de goûter
La saveur env
o
ûe

Ce parfum aux lèvres
M'
ébaubit, me sèvre

Mais je sais que tu n'es
Pas semblable, pas subjuguée
Que t
u es là, j'en rêve
L
évitant mon cœur en trêve
M
ême en t'aimant je me dois fuir

Dérober mon amour et l'enfouir

 

Kelvy Tennessee, Oct 2013  

 


Commentaires

 
 
 
posté le 25/09/13

Adieu à jamais

Adieu à jamais
 
 
  
Lointains rayons d'été
L'automne augure
Habille de fourrure
Mes pensées fanées

Tant d'autres contrées
Pour tout oublier
Car tes pleurs
Emplissent mon coeur

Je t'ai abandonnée
Sans même te parler
Je me suis envolé
Au vent mauvais

Oui, tu vas m'oublier
À tout jamais
Alors je pleurerai
Pour nos pensées

Ainsi la pluie résonne
En temps d'automne
Comme ton parfum
Qui m'est défunt

Mes adieux à jamais
Je t'aime et je t'aimerai
Si triste je veillerai
Sur toi, moi le feu-follet...
 
 
          Kelvy Tennessee, 25 sept 2013 
 


Commentaires

 
 
 
posté le 08/09/13

Fontaine en berne

Fontaine en berne


Sublime fracas de larmes en fontaine

Palmiers de geysers en pleurs me font haine

Car l'amour pour qui chaque instant se meurt

Se dérobe et affame pour taillader mon coeur


L'émoi voluptueux copine avec la tristesse

Quand Cupidon tire ses flèches sous ivresse

Et oublie de viser sur l'une des deux âmes soeurs

Germe alors une lueur dans un seul coeur


Et on est perdu, tout chose gorgé de papillons

Voudrait avoir un carquois plein de dévotion

Ô l'amour est le jeu qui nous fait tant de tours

Car ses bourgeons ne fleurissent pas toujours

Couple sans piment dans une prison de velours

Où l'on vit mais où il n'y a pas ou plus l'Amour

 

 

Kelvy Tennessee, Septembre 2013 


 


Commentaires

 
 
 
posté le 04/09/13

Instant Papillon

Instant Papillon



Discret, en tourbillon

Il se pose notre papillon

Sur l'échancrure d'un corsage

Si mortel en surdosage


Les ailes totalement effilées

Ça dégringole dans ces filets

L'arôme ici fige telle une toile

Pur abandon imbibé d'étoiles


Car il ne bat pas longtemps

Amour fanant au soleil levant

Idylle ultime, mante religieuse

Suicide fleuri d'une liberté heureuse

Déjà là-haut il papillonne en paix

Alors qu'elle finit son délicat mets



Kelvy Tennessee, September 2013

 


Commentaires

 
 
 
posté le 27/08/13

Poudre de Luciole

Poudre de Luciole 
 
 
Ces copeaux d'étoiles filantes
Habillent la pénombre scintillante
D'un ballet silencieux de lucioles
Qui va-et-vient et qui s'auréole 

L'écorce saupoudrée de lumière 
D'une magie de bijoux éphémères
Qui s'écoulent en broches d'or
Puis s'évaporent dans le décor 

Alors, je confonds les insectes et les astres
Egaré sur les frissons qui m'encastrent
Qui me poignent dans le vacarme de la nuit
Loin, étendu au fin fond de rêves inuits
Et je m'endors contre le tronc de cet arbre 
Paré de dorures, de reflets candélabres... 
  
Kelvy Tennessee, Août 2013
 


Commentaires

 
 
 
posté le 16/05/13

Les funérailles de Saba

Les funérailles de Saba



La reine se penche sur son dernier sourire

En agrippant la buée blanche des nuages

L'élégance orne l'âme dans un salut si sage

Que le parfum s'inonde pour retranscrire


Cette effigie qui dort sur le linceul de soie

Esquissant l'image la plus belle qui soit

Celle qui a amouraché tant d’idylles d'amour

Celle qui a paré chaque geste de velours


Les anges ouvrent leurs paumes sous les gouttes

De pleurs et du ciel dans un chant qui envoûte

Quand les muses enfin soufflent sur les étoiles

Pour tisser vers le paradis comme une toile

Et le voyage imbibé de coton vers les cieux

Se fait tendrement accompagné par les dieux

 


Kelvy

16.05.2013

 


Commentaires

 
 
 
posté le 13/05/13

Les coquins d'abord

Les coquins d'abord



L'âme terne damne les effluves colorées

Alors les quatre amis dispatchés se retrouvent

Et l'Amsterdam des effets fleuves les mouve

Dans l'agitation où chaque rayon est doré


Le douze est le nombre sublime du séjour

La plénitude les manipule avec magnificence

Même perdus au travers des canaux fait sens

Quand le soleil commence à éclabousser le jour


Les copains d'abord puis les copineries

Les rencontres du voyage dessinent des esquisses

Pour fondre quelques souvenirs dans le cuivre et l'or


L'écho peint déborde puis les copines rient

Nul n'est contre une marque de gloss ou de kiss

Pour habiller l'ambiance qui orne ce festif décor



Kelvy

   




 


Commentaires

 
 
 
posté le 25/04/13

Le b.a.-ba de l'abécédaire, ou la peine sur les os

Le b.a.-ba de l'abécédaire,

ou la peine sur les os



Sur cette planète plus le temps passe

Et se multiplie le poulailler des débiles de masse

Abreuvés et lobotomisés par la presse et la télé

Atomisés et asphyxiés par la communauté


Celle qui gère les médias et les politiques

Celle qui gratte encore plus qu'une tique

Merci à Orwell et l'putain de Big Brother

En effet, le monde est contrôlé par des motherfuckers


Le problème c'est bien la fuite dans les cerveaux

Plus rien dans la caboche, les gens sont des veaux

On leur mâchouille tout y'a plus d'esprit critique

Ils bouffent comme des cons devant l'tube cathodique

Droite gauche toujours le même théâtre

Vive l'ultime révolution autour du soleil pour les abattre


Alors

Unissons l'unisson de notre partition

Pour toutes nos contrées en perdition

Car


Même les livres d'Histoire entre les lignes sont incohérents

Trop de mensonges rendent les enfants, les parents ignorants

Et on nous nourrit avec une technologie qui envahit les esprits

Que matin midi et soir on avale une pilule de conneries


On est loin d'être intelligent, et de comprendre la méthode

Y'a des gens qui écrivent le futur de chaque exode

La géopolitique et les rituels secrets des élites

Font que l’essence de l'humanité sans cesse périclitent


Oui ! nous avons la peine sur les os et notre chœur est gonflé

On en a tous plein les couilles de se faire enfler

Par les couples Élysée-Matignon qui n'ont pas de valeur

Qui sont dévot envers Satan comme les sénateurs

Y'en a marre de voir ce monde par une poignée manipulé

Lançant de la poudre aux yeux pour mieux nous acculer


Alors

Unissons l'unisson du fruit de notre violence

Pour punir et détruire les viles instances

Et


Bombons le torse pour faire face à la pression

Chantons la poésie pour la liberté d'expression

Nous sommes tous notre porte-drapeau

C'est notre courage qui brille dans les flambeaux


Nous sommes des Hommes qui se transforment en bêtes

Nous devons étriquer le système et lui casser la tête

Il faut s'organiser pour brandir l’étendard de la vérité

Et jouir un jour d'une indépendance méritée


Alors, insufflons-nous en triant les boniments, les délires

Réfléchissons par nous-mêmes sans aucun sbire

Pour analyser le monde avec un regard global

Et voir qui commandite les actions tribales

Il ne faut pas tendre la joue pour se pacifier

C'est la banque mondiale organisée qu'il faut crucifier...


Alors

Unissons l'unisson de chaque souvenir

Pour guérir et faire grandir notre avenir

Pour ne jamais oublier que de tout temps

Le peuple fait des révolutions de printemps


Quand l'amour est imbibé de haine

Le glaive des vraies valeurs égraine

La peau des rois et celles des prophètes


Et triomphe le sang quand on leur tranche la tête

Unissons-nous pour s'éclairer les uns les autres

Suivons nos chemins car nous sommes nos propres apôtres...

 

Kelvy, Québec

           18.04.2013 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article